Décoration facile - fiches bricolage et décoration

fiches bricolage decoration

Accueil > fiches bricolage > fiches maçonnerie > Comment enduire un mur au mortier ?

Comment enduire un mur au mortier ?

Enduire un mur au mortier peut être à la portée de tous, même des bricoleurs du dimanche. Voici par étape, comment procéder de la meilleure façon possible pour enduire votre mur en briques, en béton ou en parpaings, comme le ferait un professionnel.

Préparation de la surface et gobetis

Un mur enduit au mortier devient plus esthétique et peut accueillir par la suite tous types de revêtements. Vous devez procéder en plusieurs étapes, ces dernières devant être réalisées successivement pour chacune des trois couches de mortier, mais sans attendre que la couche précédente soit complètement sèche. L’épaisseur de mortier doit être différente pour chaque couche. Pour la première, il doit être plus clair, plus fluide et riche en ciment, pour la seconde, il sera plus épais et compact et pour la dernière, il devra être maigre. Afin d’éviter que les mortiers ne sèchent trop vite en prévision des couches suivantes, il est conseillé de ne les préparer que juste avant leur application.

Commencez d’abord par préparer la surface qui va accueillir l’enduit. Réparez les éventuels défauts du gros œuvre s’il en existe. Nettoyez ensuite toute la surface en la brossant afin d’enlever toutes traces de poussières et d’impuretés qui risqueraient de repousser l’enduit. Préparez le premier type de mortier pour la couche d’accrochage ou gobetis, qui doit être assez fluide. Imbibez une éponge d’eau puis aspergez la surface qui va recevoir la première couche. Prenez du mortier avec le revers d’une truelle et projetez-le d’un coup sec sur le mur humidifié. Réitérez ces mêmes gestes pour une surface délimitée, tout en sachant que vous allez passer aux couches suivantes sans attendre que cette première couche soit sèche.

La couche d’enduit et la couche de finition

Votre mur peut ne pas être parfaitement plan. Aussi, pour définir au préalable l’épaisseur finale de l’enduit, mettez en place des petites cales de bois sur le gros œuvre, distancées d’à peu près 1 mètre, elles vous serviront de repères. Joignez à la règle le sommet de chaque cale et vérifiez avec un niveau à bulles et un fil à plomb que vos repères permettent un enduit parfaitement vertical, ayant au moins 1 cm d’épaisseur. Corrigez si nécessaire en repoussant ou en tirant une cale. Votre règle doit également distancer le gros œuvre de 1 cm au minimum, ceci déterminera l’épaisseur de l’enduit. Les parties maçonnées ne doivent jamais être plus hautes que vos repères, si c’est le cas, corrigez. Préparez votre second mortier dans l’auge, il sera plus épais et plus compact.

Comme pour la première couche, prenez avec le revers de votre truelle du mortier et lancez-le vivement contre le mur. Recouvrez ainsi toute la surface qui a déjà été enduite avec le gobetis. Avant que le mortier ne durcisse, égalisez la surface à la règle, en partant des repères situés en bas de votre mur vers les repères situés en hauteur. Récupérez le surplus de mortier puis projetez-le sur les imperfections. Renouvelez l’égalisation jusqu’à ce que vous obteniez une surface parfaitement plane. Enlevez vos cales en bois et rebouchez les trous ainsi que les manques avec du mortier. Passez la taloche sur ces rebouchages en effectuant un mouvement rotatif vigoureux. Pour la finition, peaufinez avec une éponge mouillée en effectuant un mouvement circulaire, sans trop appuyer sur l’enduit.