Décoration facile - fiches bricolage et décoration

fiches bricolage decoration

Accueil > Revetements déco > Revêtement de sol | le parquet

Revêtement de sol | le parquet

En principe, le parquet devrait faire partie de la construction et ne pas être un revêtement.

En principe, le parquet devrait faire partie de la construction et ne pas être un revêtement. Mais il le devient, soit parce que, inexistant (dans un grand nombre d’immeubles modernes), soit parce que, usé ou détérioré, il faut le remplacer.
Les parquets composent de larges plans moirés et dégagent beaucoup de chaleur. Ils se marient aussi bien avec les couleurs chaudes et les bois qu’avec les couleurs et les matières froides. Murs très dépouillés, tables de marbre, baies vitrées.


Le parquet

Le parquet convient à toutes les pièces, sauf aux salles de bain, cuisines, entrées de plain-pied avec l’extérieur. Si certaines personnes reculent devant le travail d’entretien (extrêmement facilité par les produits et traitements modernes) et renoncent à la beauté des sols en bois, au profit de revêtements nouveaux, d’autres au contraire ont l’amour d’un beau parquet, bien ciré, bien entretenu, mettant en valeur meubles et boiseries... Disons simplement que, s’il fallait faire un choix, les beaux parquets cirés seraient le complément indispensable des meubles d’époque, tandis que les revêtements modernes se marient parfaitement avec les meubles modernes... mais il n’y a pas de règle fixe en ce domaine.

Les différentes qualités de parquets

Les lames de parquet sont en chêne, en châtaignier, en sapin ou en pin, suivant la destination des pièces, l’abondance du bois dans une région, le budget dont on dispose. Les bois d’outre-mer remplacent parfois ces différentes essences. Les lames sont fixées sur des « lambourdes » qui les maintiennent. Jadis, étant clouées, elles étaient sonores ; elles sont actuellement presque toujours collées à même la sous-couche. Les parquets sont en principe classés d’après la disposition de leurs lames : à l’anglaise, à point de Hongrie, à bâton rompu, mosaïque de Versailles, à compartiments, etc.

Les parquets mosaïques

Ils sont souvent préfabriqués, livrés en grandes dalles qui doivent être collées par des spécialistes. Ces parquets sont très décoratifs car ils permettent de multiples dessins en jouant sur le sens des lames et la nature des bois.
Les parquets mosaïques, par leur quadrillage apparent, délimitent facilement des zones différentes. Il arrive que leur dessin, leurs contrastes de couleur et de reflets, soulignent savamment les axes architecturaux, compensent une salle basse de plafond et alourdie de poutres. Si vous les recouvrez alors de tapis, vous perdez cet avantage. De plus, ils sont économiques et d’un entretien aisé

Les parquets vitrifiés

Il est possible de recouvrir les parquets d’un vernis protecteur qui empêche les taches de pénétrer dans le bois, et, en outre, facilite l’entretien quotidien. Ces vernis doivent être appliqués, la plupart du temps, par un spécialiste, soit sur parquet neuf, soit sur parquet usagé, mais préalablement traité. Vous pourrez aisément appliquer vous-même les produits vitrificateurs avec durcisseur incorporé. La durée effective de ces vitrifications est assez variable suivant le procédé employé, le passage, etc. mais elles peuvent résister plusieurs années à un usage normal. Ces parquets s’entretiennent au balai, à l’aspirateur, à la serpillière, mais il faut éviter les brosses, ponceuses, paille de fer, et autres abrasifs qui détérioreraient la couche plastifiée de protection.

Traitement des parquets neufs

On peut les enduire de siccatif, sorte de vernis incolore, peu résistant, que l’on étale au pinceau brosse, en procédant rapidement car l’évaporation des solvants se fait vite et le siccatif risque d’empâter pinceau et parquet s’il est appliqué trop épais. Il est bon aussi, après lavage à l’eau froide et séchage, de frotter fortement le parquet avec un chiffon de laine imprégné d’huile de lin tiédie au bain-marie, éventuellement coupée (loin de toute flamme !) d’essence de térébenthine. Une fois le parquet bien imprégné, on peut l’encaustiquer.

Entretien mécanique du parquet

Le travail à la paille de fer est pratiquement abandonné aux spécialistes. Il existe des ponceuses et des raboteuses électriques qui se chargent rapidement de la remise en état des parquets abîmés (on peut louer ces appareils). La répartition de la cire peut se faire par des appareils distributeurs (balais, pistolets, bombes) mais aussi à l’aide d’appareils électriques ménagers (aspirateurs munis d’un accessoire spécial, cireuses...)

Entretien des parquets et revêtements de bois avec cires, encaustiques, produits spéciaux du commerce

La cire d’abeille (fondant à basse température ; de ce fait, souvent poisseuse et agglutinant les poussières) a fait place à des cires végétales, puis à des produits chimiques. Il existe également des encaustiques ou produits à base de silicones ou de plastifiants. Ils imperméabilisent le bois et évitent que les taches ne pénètrent en profondeur. Ces parquets ainsi traités demandent à être encaustiqués plusieurs fois de suite à intervalle rapproché. Leur entretien se fait ensuite avec une plus grande facilité, au balai, à l’aspirateur, voire à la serpillière ou à l’éponge légèrement humide, la couche de protection ayant acquis une grande dureté.

Les encaustiques se présentent sous différentes formes : en pâte, en liquide, en bombe, en poudre. Il est difficile de conseiller l’une plutôt que l’autre, puisque c’est affaire de goût personnel, d’habitude et que, très souvent, les composants de ces produits sont sensiblement les mêmes. On peut dire simplement que les cires liquides conviennent généralement mieux aux distributeurs de cire automatiques. Les encaustiques et cires du commerce sont parfaitement au point et il est tout à fait inutile et surtout extrêmement dangereux de les fabriquer soi-même (à base de cire et d’essence de térébenthine) : chaque année des accidents souvent mortels viennent rappeler cette règle de prudence aux personnes faussement économes.

Une bonne encaustique doit répondre aux conditions suivantes : s’étaler régulièrement ; ne pas poisser ; briller aisément (d’un brillant durable) ; être antiglissante ou antidérapante ; avoir une odeur agréable ; nourrir le bois et aussi le nettoyer, le protéger des taches ultérieures ; ne pas attirer et retenir les poussières.

Voir aussi les parquets flottants : parquet flottant